La voix du nord – 01/05/16

  • 2 mai 2016
Capture d’écran 2016-05-02 à 16.40.32
Membre du Club des Entreprises Centenaires, les Billards Toulet s’inscrivent parfaitement dans cette philosophie qui est que le problème n’est pas de durer mais de se recréer.
En effet, créée en 1857, la société les Billards Toulet a dû se renouveler en traversant les époques pour perdurer et croitre ! Sur le marché du billard, l’important n’est pas l’âge mais plutôt les idées.
C’est pourquoi les Billards Toulet s’astreignent à être précurseur, à imaginer et façonner le marché du billard avec des orientations design, déco, authentique, original, avant-gardiste !

Gruson sécurité, Vaneste… Les entreprises centenaires ont de l’avenir

PAR VALÉRIE SAUVAGE

Le club des entreprises centenaires a fait les comptes : ses 38 membres cumulent 5 313 années d’entrepreneuriat. Et c’est à Euratechnologies, fief des jeunes pousses prometteuses, qu’il a organisé sa soirée annuelle. L’important, ce n’est pas l’âge. Ce sont les idées.

Elles ont du souffle, ces entreprises qui ont plus de 100 bougies. Elles en ont aussi, de la curiosité, des capacités d’adaptation et d’innovation pour avoir traversé les guerres et les crises. Elles sont parfois tombées à genoux. Mais elles se sont relevées. Renouvelées.

Gruson sécurité protège les biens et les personnes depuis 1875. À l’époque, des coffres-forts vendus rue Royale à Lille. Aujourd’hui, des systèmes perfectionnés de vidéosurveillance, entre autres. Vaneste est à Lille depuis 1894, la cinquième génération est aux manettes. Hier, bijoutier spécialisé dans les corbeilles de mariage (avec broches, bagues et pendentifs), aujourd’hui créateur et concessionnaire de grandes marques de joaillerie. Art de Lys, à Lys-lez-Lannoy, s’était fait une spécialité des tapis de prière musulmans. Après l’indépendance de l’Algérie, l’entreprise est allée chercher d’autres marchés et propose désormais des accessoires textiles haut de gamme (coussins, trousses, tapisseries…).

« Le problème, ce n’est pas de durer mais de se recréer »

« Il ne faut rien s’interdire », dit Jean-Pierre Tonneau, dirigeant des serres Tonneau. « Mes arrière-grands-parents, mes grands-parents et mon père étaient spécialisés dans la mécanique pour l’industrie textile. L’entreprise travaillait le métal, c’est comme ça qu’elle en est arrivée à fabriquer des serres. Il est possible que moi-même je sois amené à changer de métier. Nous avons un poids sur les épaules, le poids de l’histoire. Mais ça ne doit pas nous empêcher de regarder ce qu’il y a autour de nous. » Hervé Allard, qui a repris les rênes de Trenois Decamps (quincaillerie professionnelle) en 1982, insiste : « Le problème, ce n’est pas de durer mais de se recréer. »

Difficile de dresser une liste exhaustive des entreprises de la région nées il y a plus de 100 ans (lire ci-dessous). Le club des entreprises centenaires, initié par Alain Deledalle en 2012 à l’occasion des 100 ans de sa propre entreprise, réunit aujourd’hui 38 membres. Et ils ont fait les comptes : 5 313 années d’expérience, 1,25 milliard d’ € de chiffre d’affaires cumulé, 5 300 salariés. Toutes ont un passé. Elles ont surtout un avenir.